La Cour Suprême des États-Unis se penche sur le cas de la censure sur Facebook

La Cour Suprême des États-Unis se penche sur le cas de la censure sur Facebook

par Allum Bokhari.

Une affaire de censure technologique qui pourrait avoir de larges répercussions sur la façon dont les tribunaux interprètent l’article 230 de la loi sur la décence des communications a été inscrite au rôle de la Cour suprême des États-Unis, qui va maintenant décider d’entendre ou non l’affaire.

En octobre, le juge de la Cour Suprême Clarence Thomas a indiqué qu’il estimait que les immunités juridiques de l’article 230 avaient été interprétées de manière trop large.

« De nombreux tribunaux ont interprété la loi de manière large afin de conférer une immunité étendue à certaines des plus grandes entreprises du monde », a écrit le juge Thomas.

La loi offre aux entreprises technologiques une protection étendue contre toute conséquence juridique de la censure, leur permettant de censurer tout ce qu’elles considèrent comme « choquant ».

Cela offre une protection juridique aux citoyens américains qui, dans un nombre croissant de cas, ont vu des années de travail et d’investissement sur des plateformes comme Facebook, Twitter, Google ou YouTube soudainement effacées par les titans des Big Tech.

Comme l’a rapporté Breitbart News en mai, l’affaire, portée par Jason Fyk, propriétaire d’une page d’informations virales qui a été fermée par Facebook, soutient que les entreprises technologiques devraient être responsables de la censure :

… l’affaire se concentre sur le paragraphe F(3) de la loi, qui concerne la définition de « fournisseur de contenu d’information ». La loi définit un « fournisseur de contenu d’information » comme « toute personne ou entité qui est responsable, en tout ou en partie, de la création ou du développement d’informations fournies par l’Internet ou tout autre service informatique interactif ».

Contrairement aux « services informatiques interactifs », les « fournisseurs de contenu d’information » ne sont pas protégés par les clauses de non-responsabilité de l’article 230. Ainsi, les entreprises des « Big Tech » doivent prouver qu’elles sont des « services informatiques interactifs » et non des « fournisseurs de contenu informatif » si elles veulent être soumises aux protections de la loi, et ainsi conserver leur large pouvoir de censure des utilisateurs.

En accordant un traitement préférentiel à certains types de contenus, notamment en finançant des contenus produits par des organisations de médias grand public, l’affaire Fyk fera valoir que Facebook est « responsable, en tout ou en partie, de la création ou du développement des informations fournies par Internet », et donc un « fournisseur de contenu d’information » non soumis aux protections de l’article 230.

Dans un article publié sur Medium, la plaignante s’attaque à l’interprétation de la loi par le Ninth Circuit :

« La Cour du neuvième circuit a constamment mal appliqué les protections de l’article 230(c)(2) pour saisir les actions d’un « éditeur » fournissant un contenu « en partie ». En outre, et encore une fois, la sous-section 230(c)(2) ne fait absolument aucune mention de la « fourniture » de contenu, mais seulement de la restriction des matériaux. Les tribunaux ont accordé à tort aux prestataires de services qui publient des protections même s’ils agissent en tant que fournisseur de contenu « en partie ». La position du Ninth Circuit Court selon laquelle « peut-être parce qu’ils ont développé, même en partie, le contenu en question peut profiter de la sous-section (c)(2) » est sans équivoque fausse. Si le fournisseur de services a développé l’information (même en partie), il ne bénéficie pas de la protection de l’ADC parce qu’il fournit, et non pas restreint, des matériaux ».

« J’invite l’Avocat Général, le Procureur Général des États-Unis et le Congrès de chaque parti politique à peser sur ma pétition #Section230 à la Cour suprême », a déclaré M. Fyk sur Twitter.

source : https://www.breitbart.com

traduit par Aube Digitale

via https://www.aubedigitale.com

0

Source: Lire l'article complet de Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information. Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement. Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe. Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You