Julian Assange : Dénonciation sur les infractions commises dans l’exercice de la fonction publique — Rod Driver

Julian Assange : Dénonciation sur les infractions commises dans l’exercice de la fonction publique — Rod Driver

Inconduite dans la fonction publique dans l’affaire #Assange – Dénonciation de crimes déposés par Rod Driver concernant Paul Close, Emma Arbuthnot, Daborah Taylor, Michael Snow.

J’ai récemment rédigé des plaintes pour des fautes professionnelles commises par les quatre personnes suivantes dans le cadre de leur traitement de Julian Assange.

Paul Close – Le procureur du CPS [Crown Prosecution Service] qui a secrètement conspiré avec le procureur suédois, Marianne Ny, pour maintenir l’affaire de Julian dans les limbes pendant de nombreuses années. Close a écrit à Ny pour lui recommander de ne pas interroger Julian au Royaume-Uni. Il lui a ensuite écrit pour lui dire de ne pas abandonner l’affaire, en lui disant “ne vous dégonflez pas”. Tous les procureurs ont le devoir de faire avancer une affaire.

Emma Arbuthnot – La plus haute magistrate qui supervise l’affaire Julian. Elle a présidé l’audience du 7 février 2018 et a statué le 13 février 2018. Elle a de sérieux conflits d’intérêts, qui ont été documentés en détail par DeclassifiedUK (1) . Elle, son mari et son fils sont fermement ancrés dans l’establishment de la sécurité nationale britannique. Elle a cessé d’entendre elle-même les audiences de Julian pour éviter l’apparition de conflits d’intérêts, mais est restée en tant que magistrat superviseur, supervisant la magistrate actuelle, Vanessa Baraitser. Mme Arbuthnot a également fait preuve d’un grand nombre des préjugés extrêmes à l’encontre de Julian qui sont abordés ci-dessous.

Deborah Taylor – Magistrate chargée de l’audience de Julian au tribunal de la Couronne de Southwark le 1er mai 2019.

Michael Snow – Magistrat chargé de l’audience de Julian au tribunal de Westminster le 11 avril 2019.

Snow et Taylor ont tous deux fait preuve d’une extrême partialité à l’égard de Julian. Leurs audiences concernaient la demande d’asile de Julian à l’ambassade équatorienne en 2012, ce qui signifie qu’il n’avait pas respecté les conditions de sa mise en liberté sous caution relatives aux audiences précédentes. En vertu de la législation britannique, vous n’êtes pas tenu de respecter les conditions de votre mise en liberté sous caution si vous avez une bonne raison. Lorsque Julian a demandé l’asile, il s’est fondé sur le risque qu’il soit extradé vers les États-Unis. Les autorités équatoriennes ont accepté cette raison pour lui accorder l’asile. C’est évidemment une excuse raisonnable pour ne pas respecter les conditions de mise en liberté sous caution.

Lors des deux audiences impliquant Snow et Taylor, et d’une audience antérieure avec Arbuthnot, tous les magistrats ont choisi de prétendre qu’il n’y avait aucun risque d’extradition vers les États-Unis, et donc aucune justification pour ne pas respecter les conditions de mise en liberté sous caution. Snow a en fait déclaré “qu’il n’a pas réussi à établir une excuse raisonnable”. Cependant, au moment des audiences de Snow et Taylor, la demande d’extradition américaine était de notoriété publique. Snow et Taylor ont délibérément ignoré le risque réel de préjudice auquel le respect des conditions de mise en liberté sous caution de Julian l’aurait exposé.

Snow et Taylor l’ont également ignoré :

  • Les communications entre le procureur suédois et le procureur britannique mentionnées ci-dessus.
  • Les conflits d’intérêts d’Arbuthnot, mentionnés ci-dessus. Snow a refusé de manière agressive de prendre en compte ces éléments.
  • Les preuves que la Suède a illégalement remis des personnes à la CIA pour qu’elles soient torturées.
  • Les preuves de la mauvaise santé de Julian

Taylor a déclaré qu’Assange avait été accusé d’un délit en Suède (2) . Cette affirmation est inexacte. Julian n’a jamais été accusé d’un délit en Suède. Julian a dû la reprendre. Même après cette correction, l’incompréhension de Taylor des aspects les plus fondamentaux de l’affaire n’a fait aucune différence dans son analyse ou sa condamnation.

De nombreux experts juridiques du monde entier se sont plaints de la façon dont Julian est traité. Dans une lettre ouverte, ils ont écrit

“Snow a en outre fait preuve de partialité et de manque de professionnalisme en participant à la diffamation du personnage de M. Assange, en qualifiant l’éditeur d’intérêt public plusieurs fois primé et candidat au prix Nobel de la paix de “narcissique qui ne peut pas aller au-delà de ses propres intérêts égoïstes” en réponse, ironiquement, à l’équipe juridique de M. Assange qui a soulevé des préoccupations manifestement légitimes concernant la partialité de la procédure”. (3)

La conduite de Taylor a montré un tel parti pris qu’elle a été critiquée par le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire (UNWGAD), qui a condamné la sentence de Taylor. (4)

Taylor a également été critiquée par le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer. Dans son rapport au gouvernement britannique sur le traitement réservé à Assange, Melzer (5) a déclaré

“aucun observateur objectif ne peut échapper à la conclusion que les droits de M. Assange à une procédure régulière ont été sérieusement, systématiquement et délibérément violés à chaque phase de chaque procédure judiciaire menée contre lui dans toutes les juridictions concernées”.

Les fautes commises par les trois magistrats et le procureur du CPS sont conformes à la recommandation stratégique du cabinet de conseil Stratfor de maintenir Julian Assange dans un vide juridique, en le poursuivant d’un pays à l’autre pour qu’il soit confronté à diverses accusations pendant 25 ans (6).

Leur inconduite est clairement telle qu’elle constitue un abus de la confiance du public dans le titulaire de la fonction, et qu’elle porte atteinte à la confiance du public dans l’administration de la justice. Leurs décisions et leurs actions ont clairement été intentionnelles. Pour ces raisons, il est important qu’ils soient poursuivis avec toute la rigueur de la loi.

Rod Driver

Octobre 2020

Traduction “pas un pour racheter l’autre” par Viktor Dedaj pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://wiseupaction.info/2020/11/11/misconduct-in-public-office-crime…

Let’s block ads! (Why?)

0

Source: Lire l'article complet de Le Grand Soir

À propos de l'auteur Le Grand Soir

« Journal Militant d'Information Alternative » « Informer n'est pas une liberté pour la presse mais un devoir » C'est quoi, Le Grand Soir ? Bonne question. Un journal qui ne croit plus aux "médias de masse"... Un journal radicalement opposé au "Clash des civilisations", c'est certain. Anti-impérialiste, c'est sûr. Anticapitaliste, ça va de soi. Un journal qui ne court pas après l'actualité immédiate (ça fatigue de courir et pour quel résultat à la fin ?) Un journal qui croit au sens des mots "solidarité" et "internationalisme". Un journal qui accorde la priorité et le bénéfice du doute à ceux qui sont en "situation de résistance". Un journal qui se méfie du gauchisme (cet art de tirer contre son camp). Donc un journal qui se méfie des critiques faciles à distance. Un journal radical, mais pas extrémiste. Un journal qui essaie de donner à lire et à réfléchir (à vous de juger). Un journal animé par des militants qui ne se prennent pas trop au sérieux mais qui prennent leur combat très au sérieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You