Les États-Unis n’ont pas d’alliés, seulement des otages

Les États-Unis n’ont pas d’alliés, seulement des otages

par Caitlin Johnstone.

Le nouveau Président élu de Bolivie, Luis Arce, a déclaré à l’agence de presse internationale espagnole EFE qu’il avait l’intention de rétablir les relations de la nation avec Cuba, le Venezuela et l’Iran. C’est un renversement de la politique du régime putschiste soutenu par les États-Unis qui avait immédiatement commencé à fermer des ambassades, à expulser des médecins et à rompre les relations avec ces pays après s’être emparé illégalement du pouvoir l’année dernière.

Arce a également parlé de relations chaleureuses avec la Russie et la Chine.

« Nous allons rétablir toutes les relations », a-t-il déclaré à l’EFE. « Ce gouvernement a agi de manière très idéologique, en privant le peuple bolivien de l’accès à la médecine cubaine, à la médecine russe, aux avancées de la Chine. Pour une question purement idéologique, il a exposé la population de manière inutile et nuisible ».

Arce a exprimé la volonté « d’ouvrir la porte à tous les pays, la seule exigence est qu’ils nous respectent et respectent notre souveraineté, rien de plus. Tous les pays, quelle que soit leur taille, qui veulent avoir une relation avec la Bolivie, la seule exigence est que nous nous respections mutuellement en tant qu’égaux. Si c’est le cas, nous n’avons aucun problème ».

Si vous connaissez un tant soit peu l’impérialisme américain et la politique mondiale, vous reconnaîtrez ce dernier point comme une hérésie effrontée contre la doctrine impériale.

La Bolivie va rétablir ses relations diplomatiques avec Cuba, le Venezuela et l’Iran, a déclaré le Président élu Luis Arce dans un entretien avec l’EFE.
Il rétablira également de bonnes relations avec la Chine et la Russie.
Arce condamne le gouvernement putschiste pour son approche idéologique et pro-américaine de la politique étrangère.

La doctrine non officielle du groupe d’alliés internationaux pro-empire centralisés autour des États-Unis ne reconnaît pas la souveraineté des autres nations, et encore moins les respecte en tant qu’égaux. Cet empire considère comme acquis qu’il a le droit de déterminer ce que fait chaque nation dans le monde, qui seront ses dirigeants, où iront ses ressources et quelle sera sa position militaire sur la scène mondiale. Si un gouvernement refuse d’accepter le droit de l’empire à déterminer ces choses, il est pris pour cible, saboté, attaqué et finalement remplacé par un régime fantoche.

L’empire centralisé aux États-Unis fonctionne comme un gigantesque blob qui travaille lentement pour absorber les nations qui n’ont pas encore été converties en États clients de l’empire. Il est rare qu’une nation puisse échapper à ce blob et rejoindre les nations non absorbées comme la Chine, la Russie, l’Iran, le Venezuela et Cuba dans leur lutte pour l’autosouveraineté, et il est encourageant de voir qu’il a été possible de le faire.

Nous avons vu la dynamique du blob impérial expliquée de façon très vivante l’année dernière par l’analyste politique américain John Mearsheimer lors d’un débat organisé par le groupe de réflexion australien Center for Independent Studies. Mearsheimer a déclaré à son auditoire que les États-Unis allaient faire tout leur possible pour stopper la montée en puissance de la Chine et l’empêcher de devenir l’hégémon régional de l’hémisphère oriental, et que l’Australie devait s’aligner sur les États-Unis dans cette bataille, faute de quoi elle s’exposerait à la colère de Washington.

Les droits de l’homme fondés sur des règles défendant l’ordre démocratique

« La question qui se pose est de savoir quelle devrait être la politique étrangère de l’Australie à la lumière de la montée en puissance de la Chine », a déclaré Mearsheimer. « Je vais vous dire ce que je suggérerais si j’étais un Australien ».

Mearsheimer a déclaré que la Chine va continuer à se développer économiquement et va convertir cette puissance économique en puissance militaire pour dominer l’Asie « comme les États-Unis dominent l’hémisphère occidental », et a expliqué pourquoi il pense que les États-Unis et leurs alliés ont toutes les capacités pour empêcher que cela n’arrive.

« Maintenant, la question est de savoir ce que tout cela signifie pour l’Australie », a déclaré Mearsheimer. « Eh bien, vous êtes dans un dilemme, c’est sûr. Tout le monde sait ce qu’est ce dilemme. Et d’ailleurs, vous n’êtes pas le seul pays d’Asie de l’Est à être confronté à ce dilemme. Vous faites beaucoup de commerce avec la Chine, et ce commerce est très important pour votre prospérité, cela ne fait aucun doute. Sur le plan de la sécurité, vous voulez vraiment nous accompagner. C’est juste beaucoup plus logique, n’est-ce pas ? Et vous comprenez que la sécurité est plus importante que la prospérité, car si vous ne survivez pas, vous ne prospérerez pas ».

« Maintenant, certaines personnes disent qu’il y a une alternative : vous pouvez aller avec la Chine », a déclaré Mearsheimer. « C’est vrai que vous avez le choix : vous pouvez aller avec la Chine plutôt qu’avec les États-Unis. Il y a deux choses que je vais dire à ce sujet. Premièrement, si vous allez avec la Chine, vous devez comprendre que vous êtes notre ennemi. Vous décidez alors de devenir un ennemi des États-Unis. Parce que, encore une fois, nous parlons d’une intense compétition sécuritaire ».

« Vous êtes soit avec nous, soit contre nous », a-t-il poursuivi. « Et si vous faites beaucoup de commerce avec la Chine, et que vous êtes ami avec elle, vous affaiblissez les États-Unis dans cette compétition sécuritaire. De notre point de vue, vous nourrissez la bête. Et cela ne va pas nous rendre heureux. Et quand nous ne sommes pas heureux, vous ne devez pas sous-estimer à quel point nous pouvons être méchants. Demandez à Fidel Castro ».

Les rires nerveux du public du groupe de réflexion australien ont ponctué les observations incendiaires de Mearsheimer. La CIA est connue pour avoir fait de nombreuses tentatives d’assassinat de Castro.


Si vous vous êtes déjà demandé comment les États-Unis réussissent à faire en sorte que les autres nations du monde s’alignent sur leurs intérêts, voici comment. Ce n’est pas que les États-Unis soient un bon acteur sur la scène mondiale ou un bon ami de leurs alliés, c’est qu’ils vous détruiront si vous leur désobéissez.

L’Australie ne s’aligne pas sur les États-Unis pour se protéger de la Chine. L’Australie s’est alignée sur les États-Unis pour se protéger d’eux. Comme l’a récemment fait remarquer un utilisateur de Twitter, les États-Unis n’ont pas d’alliés, seulement des otages.

Comme l’illustrent les Palace Letters récemment publiées, la CIA a organisé un coup d’État pour évincer le Premier Ministre australien Gough Whitlam parce qu’il donnait la priorité à l’autosouveraineté de la nation. Le journaliste John Pilger a écrit en 2014 après la mort de Whitlam :

« L’Australie est brièvement devenue un État indépendant pendant les années Whitlam, de 1972 à 1975. Un commentateur américain a écrit qu’aucun pays n’avait « inversé aussi radicalement sa position dans les affaires internationales sans passer par une révolution intérieure ». Whitlam a mis fin à la servilité coloniale de sa nation. Il a aboli le patronage royal, a fait évoluer l’Australie vers le Mouvement des Non-Alignés, a soutenu les « zones de paix » et s’est opposé aux essais d’armes nucléaires ».

La principale différence entre le coup d’État australien et celui de la Bolivie est que les Boliviens ont refusé de capituler et de laisser faire alors que nous avons haussé les épaules et dit « pas de soucis, mon pote ». Nous avions toutes les options pour devenir une vraie nation et insister sur notre propre autosouveraineté, mais nous, contrairement aux Boliviens, nous avons été trop minutieusement propagandistes et placides. Certains otages s’échappent, d’autres non.

L’empire américain s’est débarrassé de Whitlam, puis lorsque nous avons élu en 2007 un Premier Ministre considéré comme trop amical avec la Chine, ils l’ont fait à nouveau ; afin de faciliter le « pivot » de l’administration Obama contre Pékin, le pro-Chinois Kevin Rudd a été remplacé par la complaisante Julia Gillard. Rapports du World Socialist Website :

« Des messages diplomatiques américains secrets publiés par WikiLeaks en décembre 2010 ont révélé que des « sources protégées » de l’Ambassade américaine étaient des figures centrales dans l’ascension de Gillard. Pendant des mois, les principaux comploteurs de coups d’État, dont les Sénateurs Mark Arbib et David Feeney, et le chef de l’Australian Workers Union (AWU), Paul Howes, ont secrètement fourni à l’Ambassade américaine des mises à jour régulières sur les discussions internes au gouvernement et les divisions au sein de la direction…

Rudd avait proposé une Communauté Asie-Pacifique, tentant de servir de médiateur dans la rivalité stratégique croissante entre les États-Unis et la Chine, et s’était opposé à la formation d’une alliance militaire quadrilatérale entre les États-Unis, l’Inde, le Japon et l’Australie, visant la Chine.

Gillard, qui avait cultivé ses références pro-américaines dans les forums de leadership Australie-États-Unis et Australie-Israël, a été littéralement choisie par l’Ambassade américaine comme remplaçante fiable de Rudd. Lors de sa première apparition publique après avoir poignardé Rudd, elle a démontré sa dévotion envers Washington en posant pour une séance de photos avec l’Ambassadeur américain, flanquée de drapeaux américains et australiens. Elle a rapidement passé un coup de téléphone à Obama, qui avait auparavant reporté à deux reprises une visite prévue en Australie sous la direction de Rudd.

La centralité de l’Australie dans les préparatifs américains pour la guerre contre la Chine est devenue évidente en novembre 2011, quand Obama a annoncé son « pivot vers l’Asie » au Parlement Australien, plutôt qu’à la Maison Blanche. Au cours de cette visite, Gillard et Obama ont signé un accord pour stationner des marines américains à Darwin et permettre un plus grand accès des États-Unis à d’autres bases militaires, plaçant ainsi la population australienne en première ligne de tout conflit avec la Chine.

Le gouvernement de Gillard a également approuvé l’expansion de la principale base américaine d’espionnage et de ciblage d’armes à Pine Gap, a accepté que l’armée américaine utilise davantage les ports et les bases aériennes australiens, et a renforcé le rôle de l’Australie dans le réseau de surveillance mondial « Five Eyes », dirigé par les États-Unis, qui surveille les communications et les activités en ligne de millions de personnes dans le monde.

Le retrait de Rudd a marqué un tournant. L’impérialisme américain, par l’intermédiaire de l’administration Obama, a envoyé un message sans équivoque : il n’y avait plus de place pour l’équivoque de l’élite dirigeante australienne. Quel que soit le parti au pouvoir, il devait s’aligner sans condition derrière le conflit américain contre la Chine, quelles que soient les conséquences de la perte de ses énormes marchés d’exportation en Chine ».


C’est ce que nous voyons actuellement dans le monde entier : une troisième guerre mondiale au ralenti menée par l’alliance des puissances américaines contre les autres nations qui ont résisté à son absorption. La Chine, qui est de loin la plus puissante des nations non absorbées, est la cible ultime de cette guerre. Si l’empire parvient à atteindre son objectif ultime, qui est d’arrêter la Chine, il aura atteint un gouvernement planétaire de facto auquel aucune population ne pourra s’opposer.

Je ne sais pas pour vous, mais je n’ai jamais consenti à un monde où de puissantes forces armées nucléaires se dressent les unes contre les autres avec des armes d’armageddon tout en luttant pour la domination planétaire et en subvertissant les nations moins puissantes si elles ne jouent pas le jeu de la guerre froide. Il faut rechercher et obtenir la détente et la paix, et nous devons tous travailler pour vivre ensemble sur cette planète en collaboration les uns avec les autres et avec notre écosystème.

Ce mode de vie omnicidaire et écocide que l’empire oligarchique nous a présenté ne convient pas à notre espèce et il nous conduira à l’extinction avec Dieu sait combien d’autres espèces si nous ne trouvons pas un moyen d’y mettre fin. Historiquement, les dirigeants ne cèdent pas leur pouvoir de leur plein gré, et nous, les êtres humains ordinaires, en tant que collectif, allons devoir trouver un moyen de détruire leur moteur de propagande, de forcer la fin de l’impérialisme et de construire un monde sain.

source : https://caityjohnstone.medium.com

traduit par Réseau International

0

Source: Lire l'article complet de Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information. Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement. Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe. Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You