10 idées pour améliorer le régime forestier

10 idées pour améliorer le régime forestier

3) DÉCENTRALISER LE POUVOIR POUR PLUS D’IMPUTABILITÉ

De la manière dont le nouveau régime forestier est conçu, c’est le ministre qui est imputable de toutes les décisions prises sur le parterre forestier d’une superficie de 26 millions d’hectares. Les décisions doivent toutefois être prises le plus près possible du terrain, car la forêt est un système vivant et dynamique tellement complexe qu’il est impossible d’utiliser une grille décisionnelle pour avoir une réponse à tout, estime Éric Alvarez, un chercheur indépendant en aménagement forestier. « Il faut que des humains proches de la forêt, qui connaissent bien le territoire, soient en mesure de faire respecter les valeurs du gouvernement, en trouvant des moyens de les faire appliquer localement », affirme-t-il. 

Ces professionnels seraient imputables des décisions qu’ils prennent, sans avoir à se référer constamment au ministre, accélérant ainsi la prise de décision, tout en évitant les situations illogiques. Selon Éric Alvarez, seul le premier ministre sera en mesure d’imposer une telle décentralisation, car un ministre qui ferait une telle proposition se ferait torpiller par son ministère, qui désire conserver le pouvoir.

Pierre Cormier, vice-président foresterie et opérations chez Produits forestiers Résolu, abonde dans le même sens. « On a besoin d’une personne qui connaît la forêt du bout de ses doigts, qui fait pousser son bois et qui est redevable autant au ministère qu’aux communautés qui vivent de la forêt », soutient-il. 

4) LIBÉRER LE « GÉNIE » FORESTIER POUR S’ADAPTER AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES

Les ingénieurs forestiers sont des experts de l’aménagement forestier régis par un ordre professionnel. Il faut donc leur laisser plus de latitude, estime Christian Messier, professeur en aménagement forestier et biodiversité. « Tous les régimes forestiers que nous avons eus jusqu’à maintenant sont tellement contraignants pour les forestiers qu’il est difficile, voire impossible, pour les forestiers de pouvoir prendre les meilleures décisions sylvicoles sur le terrain en fonction des défis actuels et futurs », lance-t-il. 

« Il faut renverser l’approche classique de la foresterie de simplifier la forêt en favorisant quelques espèces commerciales et plutôt maximiser la diversité des essences en se basant sur les caractéristiques biologiques des espèces », ajoute le chercheur.

0

Source: Lire l'article complet sur Le Quotidien

À propos de l'auteur Le Quotidien

Le Quotidien est un journal publié au Saguenay Lac Saint-Jean, une région du Québec du lundi au samedi. Il est actuellement édité par la Coopérative Le Quotidien, membre du groupe de presse Coopérative nationale de l'information indépendante depuis 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You