Alexis Cossette-Trudel et le danger de QAnon

Alexis Cossette-Trudel et le danger de QAnon

Facebook a pris hier la décision de fermer le compte d’Alexis Cossette-Trudel, adepte du groupe complotiste QAnon et porte-parole du mouvement de contestation des mesures sanitaires. Cette étoile montante des réseaux sociaux participe à un phénomène politique qui dépasse largement les enjeux liés à la crise de la Covid-19.

Sa chaine YouTube, Radio-Québec, compte maintenant près de 120 000 abonnés ; ce chiffre a quadruplé depuis le début de la crise et il augmente de façon continue. Sa vidéo la plus virale a été vue par plus d’un demi-million de personnes, ce qui a poussé Radio-Canada à publier un article en réponse.

Plusieurs de ses fans l’ignorent peut-être, mais lui-même ne s’en cache pas : Alexis Cossette-Trudel adhère à la théorie du complot QAnon. Selon celle-ci, une cabale de satanistes pédophiles contrôle secrètement les gouvernements du monde entier alors que le président américain, Donald Trump, est le champion du peuple qui lutte contre ce groupe maléfique.

Un phénomène singulier

Il faut dire que QAnon n’est pas une simple théorie du complot comme il y en a tant d’autres. Il s’agit plutôt d’une synthèse quasi mystique de plusieurs théories du complot liées entre elles par une révélation cryptique. Le chef anonyme de ce mouvement, « Q », transmet des messages remplis d’implications équivoques que ses disciples doivent décoder.

Ainsi, ceux qui adhèrent à différentes théories du complot ont pu, au fil du temps, s’incorporer au mouvement en interprétant les messages de « Q » de façon conforme à leurs théories déjà acceptées tout en s’initiant à celles des autres disciples.

Ce mouvement procure une explication simple et unifiée du mal terrible qu’on observe partout dans le monde ; il offre une communauté à des gens qui pouvaient autrement subir un isolement ou une dévalorisation sociale. Ce sont ainsi des besoins sociaux, psychologiques et même spirituels qui sont comblés pour ses disciples. En considérant ces différents aspects, on ne s’étonne pas que des analystes aient qualifié QAnon de secte dangereuse

Le mal absolu

S’il est évident que la doctrine de QAnon est abracadabrante, le danger qu’elle représente n’est peut-être pas apparent à première vue.

Il faut bien concevoir que, si on pense qu’une cabale de satanistes pédophiles mène le monde, on ne peut envisager aucune discussion. Aucun compromis n’est raisonnable et la violence la plus drastique est justifiée. Ce qui nous oppose à nos adversaires n’est plus une divergence de valeurs sociales ou morales : c’est une guerre existentielle sans merci.

Là où les autres théories du complot offrant une vision similaire ont pu radicaliser quelques individus isolés, le succès communautaire de QAnon procure une véritable force de mobilisation collective à l’appui de cette guerre. QAnon constitue une nouvelle réalité historique rendue possible par les réseaux sociaux : une armée de moins en moins discrète se coalise sur le web.

Le danger posé par cette étrange armée a été officialisé par le FBI qui l’a qualifiée de « menace terroriste domestique ». Certains actes de violence ont déjà été commis au nom de « Q ». Ce danger n’est pas une spéculation : il s’agit d’un enjeu reconnu et avéré.

Les disciples de QAnon se comptent maintenant par millions aux États-Unis. Le président Trump lui-même a affirmé que, bien qu’il ne sache pas trop ce qu’ils prônent, il se réjouit de bénéficier du soutien des patriotes qu’ils sont. Rien pour calmer les ardeurs.

L’apôtre de QAnon au Québec

Revenons au Québec. Tous les gens qui se réfèrent à Alexis Cossette-Trudel ne sont pas des adeptes de QAnon. Peut-être que la plupart d’entre eux ne connaissent pas grand-chose à ce sujet.

Sa chaine YouTube ne contient plus de références explicites à QAnon ; il s’agit sans doute d’une précaution visant à éviter les bannissements tels que celui récemment effectué par Facebook. Malgré cela, il n’y a aucune raison pour penser qu’Alexis Cossette-Trudel aurait rompu son allégeance à QAnon.

Les discours d’Alexis Cossette-Trudel ne se limitent pas à critiquer la gestion de la pandémie en se référant au modèle suédois ou à des experts dissidents tels que Didier Raoult, ce qui est légitime.

Il va beaucoup plus loin.

Il n’incite pas seulement à penser que nos gouvernements sont corrompus et incompétents : il incite à penser qu’ils sont carrément maléfiques. Cossette-Trudel veut faire croire que les dirigeants et les médias, de connivence à l’échelle planétaire, sont guidés par des intentions odieuses et délibérées.

À partir de là, il ne reste pas un si grand écart à franchir pour conclure qu’ils sont contrôlés par une cabale de satanistes pédophiles. Parmi ceux qui voient en lui une référence digne de confiance, certains rejoindront sans doute les rangs de QAnon.

Déjà, les rues de Montréal ont vu défiler quelques manifestants arborant des drapeaux pro-Trump et des symboles de QAnon.


Tu as aimé cet article ? Regarde aussi notre magazine, écoute notre balado et reçois notre infolettre VIP pour tout savoir en primeur !

0

Source: Lire l'article complet de Le Verbe

À propos de l'auteur Le Verbe

Le Verbe témoigne de l’espérance chrétienne dans l’espace médiatique en conjuguant foi catholique et culture contemporaine. Nos contenus abordent divers sujets qui émergent de l’actualité. Et, puisque nous souhaitons que nos plateformes médiatiques suscitent le dialogue, on espère bien y croiser autant des réactionnaires pleins d’espérance que des socialistes chrétiens, autant des intellectuelles mères au foyer que des critiques d’art en bottes à cap.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You