Arabie Saoudite – Divergence royale ?

Arabie Saoudite – Divergence royale ?

  1. Campagne de dons – Septembre-Octobre 2020

    Chers amis lecteurs, comme vous avez dû le constater, le site RI enregistre depuis un certain temps une nette augmentation de son audience, ce qui prouve que les propagandistes de la pensée unique formatée ont échoué à atteindre leurs buts d’étouffer les voix discordantes comme la nôtre. Pour tenir compte de l’augmentation du nombre de nos lecteurs, nous envisageons de procéder à une migration du site vers un serveur plus conséquent, ce qui nous permettra de résoudre beaucoup des problèmes de connexions que certains d’entre vous nous signalent régulièrement. Chers amis lecteurs, grâce à vos dons, nous avons prévu de procéder à la migration du site dès la deuxième moitié d’Octobre et, également, apporter quelques améliorations importantes sur le site. Nous comptons sur vous.

    1 266,00 € donated

Bien que l’Arabie saoudite ait des relations secrètes avec Israël et que des autorités membres de la famille dirigeante se soient rendues dans les territoires occupés, Riyad a jusqu’à présent refusé de signer comme les Émirats arabes unis et Bahreïn un accord de normalisation avec Tel-Aviv.

Abdel Bari Atwan s’est penché dans un article diffusé par Rai al-Youm sur la question de la normalisation entre Riyad et Tel-Aviv.

Il y a quatre signes évidents qui rendent plus probable ce que dit ce quotidien américain Wall Street Journal. Ces signes sont mentionnés ci-dessous :

Tout d’abord, Trump a contacté le roi Salmane d’Arabie saoudite pour essayer de le convaincre de la nécessité de signer un accord de paix similaire, mais l’appel n’a jusqu’à présent donné aucun résultat, le président américain se contentant de dire que « l’Arabie saoudite normalisera ses relations au bon moment ».

Deuxièmement, la déclaration publiée par le Conseil des ministres saoudiens lors d’une réunion présidée par le roi Salmane mardi dernier non seulement n’a pas salué les accords signés par les Émirats arabes unis et Bahreïn, ne les a pas évoqués. « Le roi d’Arabie saoudite a souligné l’unité et la santé des terres arabes et le fait que l’Arabie saoudite resterait aux côtés du peuple palestinien et qu’elle soutiendrait les efforts et les mesures pour une solution juste et globale à la question palestinienne », lit-on dans cette déclaration.

Troisièmement, l’Arabie saoudite n’a pas l’habitude d’être subordonnée à aucun autre pays arabe, même si elle veut signer un accord de paix avec le régime israélien occupant, car elle préfère toujours faire son travail seule et non en association avec d’autres pays plus petits. Il est devenu courant que tout responsable américain ou arabe souhaitant entamer une tournée dans la région doive se rendre d’abord à Riyad ou retourner dans son pays avant de se rendre en Arabie saoudite. Si cette condition s’applique aux voyages officiels, elle s’applique également aux actions et accords clés, tels que les traités de paix.

Quatrièmement : la princesse Rima Bent Bandar, ambassadrice d’Arabie saoudite aux États-Unis, n’a pas assisté à la cérémonie de signature à la Maison-Blanche samedi dernier et n’a envoyé personne pour la représenter ou son ambassade.

Il n’est pas exclu que le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, ait promis à son meilleur ami Jared Kouchner, chef des accords et gendre du président US, que l’Arabie saoudite suivrait les traces des Émirats arabes unis et de Bahreïn et qu’elle signerait les deuxième et troisième accords. Mais il n’a pas réussi à persuader son père de le faire et a caché l’utilisation par les avions israéliens de l’espace aérien de la région et donné le feu vert à Bahreïn pour suivre le même chemin suivi par les Émirats arabes unis. Mais toutes ces spéculations resteront sans preuve convaincante.

Il y a une théorie selon laquelle un « échange de rôles » s’effectue entre le roi d’Arabie saoudite et son prince héritier, ainsi que le roi s’oppose à une question alors que le prince héritier l’accepte parce que l’Arabie saoudite a pris des mesures secrètes pour normaliser ses relations avec le régime d’occupation en y envoyant des responsables dont des princes de la famille au pouvoir y compris le prince Turki al-Faisal, l’ancien chef des services de renseignement saoudiens. Riyad a également utilisé ses cyberarmées pour jeter les bases de cette normalisation et pour encourager la proximité et les déplacements vers les territoires palestiniens occupés.

Il est difficile pour un observateur d’être sûr ces jours-ci de l’exactitude ou de l’inexactitude de cette théorie en raison de la dissimulation de l’Arabie saoudite sur les politiques et les positions liées à cette affaire d’autant plus que le roi d’Arabie saoudite parle très peu et a très peu de réunions directes, alors que le prince héritier s’est caché de la vue pour probablement des raisons de sécurité et avec sa main de fer dirigent les médias et arrête quiconque au sein de la famille dirigeante ou dans les institutions religieuses et médiatiques s’y oppose. À présent, un grand nombre de princes et d’oulémas qui sont soupçonnés ou même qui ont critiqué lors de réunions privées sont derrière les barreaux.

Le leadership saoudien dans le monde arabo-musulman est en déclin depuis ces dernières années en raison des soupçons de normalisation des relations avec le régime occupant et de la guerre contre Yémen. Les dirigeants saoudiens craignent que toute tentative de normalisation de relations sous la pression des États-Unis conduise à des crises internes et à la perte de la « gloire » de l’Arabie saoudite et de la gestion absolue des lieux saints de La Mecque et de Médine face à une concurrence intense et aux approches fortes des pays islamiques qui cherchent des excuses pour lui reprendre herchent à la lui reprendre cette gestion.

Si la version du Wall Street Journal qui écrit le roi saoudien et son prince héritier ne sont pas unanimes, cela aura des conséquences dangereuses pour le pays dans un proche avenir et pourrait refléter des changements inattendus au sein du gouvernement saoudien dans les semaines ou les mois à venir.

source : https://parstoday.com/fr

Source: Lire l'article complet de Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information. Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement. Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe. Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You