L’alliance sino-russe arrive à maturité – 2ème partie

L’alliance sino-russe arrive à maturité – 2ème partie

  1. Campagne de dons – Septembre-Octobre 2020

    Chers amis lecteurs, comme vous avez dû le constater, le site RI enregistre depuis un certain temps une nette augmentation de son audience, ce qui prouve que les propagandistes de la pensée unique formatée ont échoué à atteindre leurs buts d’étouffer les voix discordantes comme la nôtre. Pour tenir compte de l’augmentation du nombre de nos lecteurs, nous envisageons de procéder à une migration du site vers un serveur plus conséquent, ce qui nous permettra de résoudre beaucoup des problèmes de connexions que certains d’entre vous nous signalent régulièrement. Chers amis lecteurs, grâce à vos dons, nous avons prévu de procéder à la migration du site dès la deuxième moitié d’Octobre et, également, apporter quelques améliorations importantes sur le site. Nous comptons sur vous.

    1 141,00 € donated

par M.K. Bhadrakumar.

« Je cherche la terre des Polonais qui est perdue pour les Allemands, pour le moment du moins. Aujourd’hui, les Allemands ont commencé à rechercher la Pologne avec des crédits, des Leicas et des boussoles, avec des radars, des baguettes de sourcier, des délégations et des associations provinciales d’étudiants. Certains portent Chopin dans leur cœur, d’autres pensent à la vengeance. Condamnant les quatre premières partitions de la Pologne, ils s’affairent à en planifier une cinquième ; en attendant, ils se rendent à Varsovie via Air France afin de déposer, avec les remords appropriés, une couronne sur le lieu qui était autrefois le ghetto. Un de ces jours, ils partiront à la recherche de la Pologne à l’aide de roquettes. Pendant ce temps, j’invoque la Pologne sur mon tambour. Et voici ce que je tambourine : « La Pologne est perdue, mais pas pour toujours, tout est perdu, mais pas pour toujours, la Pologne n’est pas perdue pour toujours ». (Le Tambour, Günter Grass)

(La première partie de cet essai en trois parties peut être consultée ici).

2ème partie

La diplomatie russe, qui a une glorieuse tradition dans l’histoire moderne, n’agit pas de manière accidentelle ou impulsive. La conscience historique est intense. Les souvenirs du passé et du présent sont profondément ancrés, désespérément empêtrés dans la conscience collective. Un fait peu connu reste que la déclaration russo-chinoise du 11 septembre a été publiée à la veille du trentième anniversaire du Traité portant Règlement Définitif concernant l’Allemagne.

Le traité dit « 2+4 », signé à Moscou le 12 septembre 1990 entre la République Fédérale d’Allemagne et la République Démocratique Allemande – dont les alliés de la Seconde Guerre Mondiale, l’URSS, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France, étaient cosignataires – avait officialisé l’unification de l’Allemagne, qui avait été une nation divisée au cours des quatre décennies et demie précédentes.

Il ne fait aucun doute que la déclaration commune publiée à Moscou le 11 septembre annonce une nouvelle phase de la politique étrangère russe dans l’ère de l’après-guerre froide, notamment en ce qui concerne les relations russo-allemandes et les relations de la Russie avec l’Europe et l’ordre mondial en général. Le fait marquant qui attire l’attention ici est que Moscou a décidé de se lancer dans ce nouveau voyage en tenant la main des Chinois. Cette décision est d’une grande importance pour la politique européenne, eurasiatique et internationale dans son ensemble.

Deux jours après la publication de la déclaration commune, le 13 septembre, le Ministre des Affaires Étrangères russe, Sergueï Lavrov, a fait une apparition dans le prestigieux programme Moscou. Kremlin. Poutine de la chaîne de télévision publique Rossiya-1, où il a été interrogé sur le spectre des sanctions occidentales qui hantent une fois de plus la Russie, dans l’ombre de « l’affaire Navalny » et du projet de gazoduc Nord Stream 2 en particulier, avec l’Allemagne en tête. Lavrov a résumé en ces termes le profond désenchantement de la Russie à l’égard de ses partenaires européens :

« En principe, la réponse géopolitique au cours de ces années a consisté à reconnaître que nos partenaires occidentaux n’étaient pas fiables, notamment, malheureusement, les membres de l’Union Européenne. Nous avions de nombreux projets de grande envergure, et il existe des documents exposant la voie à suivre pour développer les relations avec l’UE dans le secteur de l’énergie et des hautes technologies, et pour renforcer la coopération économique en général. Nous partageons un espace géopolitique unique. Compte tenu de notre géographie, de notre logistique et de nos infrastructures communes à travers le continent eurasiatique, nous bénéficions d’un avantage comparatif substantiel ».

« Ce serait certainement une grave erreur pour nous et pour l’Union Européenne, ainsi que pour d’autres pays de cet espace, notamment l’OCS, l’EAEU et l’ANASE, qui est également proche, de ne pas utiliser nos avantages géopolitiques et géoéconomiques comparatifs dans un monde de plus en plus concurrentiel. Malheureusement, l’Union Européenne a sacrifié ses intérêts géo-économiques et stratégiques au profit de son désir momentané de rivaliser avec les États-Unis dans ce qu’ils appellent « punir la Russie ». Nous (la Russie) nous sommes habitués à cela. Nous comprenons maintenant que nous avons besoin d’un filet de sécurité dans tous nos projets futurs liés à la relance du partenariat intégral avec l’Union Européenne. Cela signifie que nous devons procéder de manière à ce que, si l’UE s’en tient à ses positions négatives et destructrices, nous ne dépendions pas de ses caprices et puissions assurer notre développement par nous-mêmes tout en travaillant avec ceux qui sont prêts à coopérer avec nous de manière égale et mutuellement respectueuse ».

L’ampleur de l’amertume dans l’esprit des Russes à ce stade ne peut être mise en perspective qu’avec un rappel de l’histoire de la réunification de l’Allemagne en 1990, les espoirs que cet événement capital avait fait naître à l’égard des relations russo-allemandes (dont l’histoire est pour le moins troublée) et ce qui s’est passé ensuite au cours des trois décennies qui ont suivi. Il s’agit d’une histoire compliquée d’amnésie et de pure chicane politique de la part de l’Occident.

Grâce aux documents d’archives « déclassifiés » disponibles aujourd’hui – notamment l’indispensable journal de l’homme politique soviétique Anatoly Chernyaev, assistant de Mikhaïl Gorbatchev, relatif à l’année 1990 – il est possible de reconstruire les relations tortueuses de la Russie avec l’Occident dans l’après-guerre froide.

La mémoire se mélange au désir

Pour rafraîchir la mémoire, les germes de l’unification allemande se trouvaient dans la perestroïka de Gorbatchev, avec en toile de fond le phénomène de mondialisation de la vie internationale qui s’était profilé à l’horizon dans les années 1980. Le programme de réforme de Gorbatchev a provoqué des ondes de choc en Europe de l’Est, qui était déjà en proie au mécontentement, et une vague de bouleversements politiques a commencé à balayer cette région qui était restée obstinément imperméable au changement, presque du jour au lendemain, pour finalement s’écraser sur les murs de granit d’Allemagne de l’Est. (À un moment donné, le gouvernement communiste d’Allemagne de l’Est a commencé à bloquer la diffusion dans leur pays de documents médiatiques soviétiques de genre perestroïka et glasnost et à tromper l’opinion publique).

Néanmoins, sur le sol gelé d’un état apparemment permanent d’Allemagne divisée, une lueur d’espoir est apparue pour la première fois, selon laquelle une unification de l’Allemagne n’était pas nécessairement une chimère tant que Gorbatchev restait au pouvoir à Moscou et que son programme de réformes se poursuivait. Sans aucun doute, l’Occident a favorisé Gorbatchev en comprenant bien sa propension à la flatterie. (Les vignettes de nombreux incidents de ce type sont éparpillées dans le journal de Tchernyaev).

Nous avons tendance à oublier que lorsque les proches alliés de l’Allemagne de l’Ouest au sein de l’OTAN – la Grande-Bretagne et la France – ont commencé à ressentir les nouveaux remous de la « question allemande », ils ont averti Gorbatchev qu’il allait trop vite à leur goût. Ils ont fait remarquer que l’Europe n’était tout simplement pas encore prête pour une nation allemande unifiée. La Première Ministre britannique de l’époque, Margaret Thatcher, s’est rendue à Moscou pour un tête-à-tête avec Gorbatchev. Le Président français de l’époque, François Mitterrand, a fait de même. Thatcher, soit dit en passant, a été la première dirigeante occidentale à considérer Gorbatchev comme une étoile montante de la politique soviétique au début des années 1980, avec laquelle l’Occident pouvait « faire des affaires ». Mais, ironiquement, lorsqu’il s’est agi de la question allemande, Gorbatchev n’a pas tenu compte des réserves anglo-françaises. Le fait est que l’Union Soviétique – comme d’ailleurs l’État qui a succédé, la Fédération de Russie – avait déjà exorcisé de son psychisme toute mentalité de vengeance ou toute crainte atavique à l’égard de l’Allemagne pour les crimes horribles qu’elle avait perpétrés sur le peuple russe. (On estime que 25 millions de citoyens soviétiques ont péri au cours de la Seconde Guerre Mondiale à la suite de l’invasion nazie).

Au contraire, la Grande-Bretagne et la France croyaient toujours qu’une Allemagne forte n’était ni dans leur intérêt ni dans celui de l’Europe dans son ensemble. Elles craignaient qu’il ne soit qu’une question de temps avant qu’une Allemagne unifiée ne reprenne son rôle de chien de garde en Europe et ne domine la politique du continent, comme cela s’était déjà produit deux fois au XXe siècle. Les États-Unis ont adopté une position ambivalente, poursuivant ses propres intérêts en grande partie dans la perspective de son leadership transatlantique, posant comme condition difficile qu’une Allemagne unifiée reste au sein de l’OTAN. Au fond, le célèbre dicton de Lord Ismay sur l’OTAN était toujours en vigueur dans le calcul américain, à savoir que le système d’alliance occidentale était censé « maintenir l’Union Soviétique en dehors, les Américains à l’intérieur et les Allemands à terre ».

Les mendiants ne peuvent pas choisir, et l’Allemagne de l’Ouest, en tant que suppliante, était prête à s’accommoder au départ d’une formule de type Hong Kong « un pays, deux systèmes », si seulement Gorbatchev concédait l’idée d’une confédération entre l’Allemagne de l’Ouest et l’Allemagne de l’Est. Pour mettre un terme à une longue histoire de querelles diplomatiques « multipolaires », Gorbatchev a passé outre les partisans de la ligne dure au sein de son propre Politburo – qui a bien sûr fomenté un coup d’État contre lui au cours de l’année qui a finalement fait s’écrouler le toit de l’Union Soviétique – et, ignorant les protestations de l’Allemagne de l’Est, il a conclu un accord avec le Chancelier allemand Helmut Kohl (et le Secrétaire d’État américain James Baker) pour agiter le drapeau vert en faveur de l’unification des deux Allemagnes.

Kohl était si excité après la rencontre fatidique avec Gorbatchev que, selon certains récits, il a passé la nuit restante à marcher dans les rues de Moscou – il ne pouvait pas dormir à cause de ce cadeau inattendu de Dieu. Kohl était un homme pragmatique qui acceptait les conditions difficiles imposées par les alliés occidentaux de l’Allemagne pour son unification. Ainsi, au lieu que les Alliés renoncent à leurs droits sur l’Allemagne après la Seconde Guerre Mondiale et retirent leurs armées, l’Allemagne accepterait la ligne Oder-Neisse comme frontière avec la Pologne et renoncerait à toute revendication territoriale au-delà du territoire est-allemand (renonçant de fait à ses revendications sur la plupart des provinces orientales de l’Allemagne à l’égard de la Pologne et de l’ex-Union Soviétique).

Une Allemagne unifiée plafonnerait les effectifs de ses forces armées à 370 000 personnes, renoncerait pour toujours à la fabrication, à la possession et au contrôle des armes nucléaires, biologiques et chimiques et accepterait pour toujours la pleine application du TNP. Elle ne déploierait des forces militaires à l’étranger que conformément à la Charte des Nations Unies ; elle renoncerait à toute forme de revendication territoriale future (avec un traité séparé réaffirmant l’actuelle frontière commune avec la Pologne, contraignant en vertu du droit international, renonçant de fait aux anciens territoires allemands tels que l’enclave russe de Kaliningrad sur la côte baltique), etc.

Il est clair que rien n’a été oublié ou pardonné en ce qui concerne le retour potentiel du revanchisme allemand. Mais beaucoup de choses ont changé au cours des trois décennies qui se sont écoulées depuis lors. De nombreuses lignes de fracture sont apparues. Pour commencer, l’Allemagne a intégré avec succès la partie est-allemande arriérée, s’est reconstruite avec la discipline et la rigueur caractéristiques de l’Allemagne, et a rebondi en tant que puissance de l’Europe (ce qui s’accentue encore avec le Brexit et la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne). Deuxièmement, la Pologne a elle aussi commencé à s’imposer en tant que puissance régionale et elle a de vieux comptes à régler avec l’Allemagne et la Russie. (La Pologne a récemment réclamé des réparations de guerre à l’Allemagne et elle est en concurrence avec la direction allemande de l’UE en formant le groupe Vysegrad, qui aspire à réunir sous son égide les anciens pays du Pacte de Varsovie et les États baltes). En outre, un gouvernement nationaliste de droite est au pouvoir à Varsovie, qui milite contre les valeurs libérales que l’Allemagne épouse, et qui a cherché avec empressement à établir des bases militaires américaines sur le sol.

Entre-temps, la mentalité allemande a également changé en ce qui concerne la Russie, avec le départ de toute une régénération d’hommes politiques à la tête du pays qui se consacraient à « l’Ostpolitik », d’abord proposée par Willy Brandt, fondée sur la conviction qu’une relation forte avec la Russie était fondamentalement dans l’intérêt de l’Allemagne. Le passage du Chancelier allemand Gerhard Schroeder à Angela Merkel a marqué la fin d’une époque où l’Ostpolitik était le point d’ancrage de la politique allemande envers la Russie et un modèle clé de la politique étrangère allemande en tant que telle.

Cinquante ans d’Ostpolitik : Dans l’un des gestes les plus emblématiques de l’histoire européenne moderne, Willy Brandt s’est agenouillé en signe d’expiation au mémorial des héros du soulèvement du ghetto de Varsovie, le 7 décembre 1970

Les yeux de Merkel sont tournés vers le rendez-vous de l’Allemagne avec le leadership de l’Europe. Elle a commencé à choisir le rapprochement de l’Allemagne avec la Russie, qui devait être une pierre angulaire du « Traité 2+4 » de 1990.

Bière, bretzels et fanfare bavaroise

Tout cela a ajouté aux tensions liées à l’expansion de l’OTAN vers l’est, aux frontières de la Russie et à la contestation géopolitique actuelle entre les États-Unis, l’Union Européenne et l’OTAN d’une part, et la Russie d’autre part, au sujet des républiques post-soviétiques situées le long des frontières occidentales de la Russie, de la Mer Noire et du Caucase. La Russie a cherché un modus vivendi entre l’Union Européenne et l’Union Économique Eurasiatique et a avancé à un moment donné le concept d’une Europe unie de l’Atlantique au Pacifique, mais Merkel n’est pas intéressée.

Entre-temps, les premiers signes du militarisme allemand sont apparus. Dans une remarque stupéfiante en mai 2017, alors qu’elle était en campagne électorale pour les élections allemandes, Merkel a déclaré que l’Europe ne peut plus « dépendre complètement » des États-Unis et du Royaume-Uni après l’élection des présidents Trump et le Brexit. « L’époque où nous pouvions complètement dépendre des autres est en train de s’éloigner. J’en ai fait l’expérience… Nous, les Européens, devons prendre notre destin en main », a déclaré Merkel à la foule lors d’un rassemblement électoral à Munich, dans le sud de l’Allemagne.

En partie, les remarques auraient pu être « grâce à la bière, aux bretzels et à la fanfare bavaroise animant la foule », comme l’a ironiquement fait remarquer un commentateur de la BBC en ce jour doux à Munich, mais ce qui est frappant, c’est que les paroles de Merkel étaient inhabituellement passionnées et directes. Le message a résonné dans toute l’Europe et en Russie : « Il faut absolument maintenir des relations d’amitié avec l’Amérique de Trump et la Grande-Bretagne du Brexit, mais nous ne pouvons pas compter sur eux ».

Cela a donné lieu à des spéculations sur le fait que l’Allemagne de Merkel s’éloignait des États-Unis. Mais en réalité, il s’agissait davantage de la relation tendue entre Merkel et le Président Trump que de sa propre transformation imminente en tant que gaulliste allemande, pour ainsi dire. En fait, la spéculation s’est depuis lors éteinte aussi vite qu’elle avait fait surface. Le fait est que la génération de politiciens allemands de Merkel est résolument « atlantiste » – comme elle l’est elle-même – qui accorde la primauté aux « valeurs libérales communes » dans la relation germano-américaine globale (en contournant Trump) et la considère comme le cœur même de l’alliance transatlantique. Ainsi, ils s’engagent à construire un pilier européen plus fort de l’OTAN. Cela s’écarte de la conception du Président français Emmanuel Macron d’une force européenne indépendante.

Ils considèrent la Russie comme contraire à leur système de valeurs, qui repose sur les principes démocratiques, l’État de droit, les droits de l’homme, la liberté d’expression, etc. Ils considèrent comme un défi énorme les politiques russes agressives perçues et le fait que la Russie a modifié pas moins de quatre fois les frontières internationales établies aux portes de l’Europe. En clair, ils sont choqués par la résurgence de la Russie sous le Président Vladimir Poutine.

Les analystes occidentaux ont d’abord fait la fine bouche lorsque Poutine, en 2007, vers la fin de son deuxième mandat, a nommé Anatoliy Serdyukov – l’ancien chef du service fiscal fédéral – au poste de Ministre de la Défense, dans le cadre d’un effort pour combattre la corruption dans l’armée russe et mener des réformes. Mais, alors que le conflit russo-géorgien d’août 2008 a révélé des échecs opérationnels militaires russes à grande échelle, le Kremlin est devenu plus déterminé à renforcer les capacités militaires. Ainsi, un programme de réforme complet a commencé à toucher tous les aspects des forces armées russes – de la taille totale des forces armées à son corps d’officiers et son système de commandement, un plan décennal de modernisation des armes à grande échelle, les budgets militaires, le développement de nouveaux systèmes d’armes tant pour la dissuasion nucléaire stratégique que pour les forces conventionnelles, ainsi que la stratégie de sécurité nationale russe et la doctrine militaire elle-même.

La réforme est allée plus loin que tous les efforts précédents pour modifier la structure des forces et les opérations des forces armées russes héritées de l’Union Soviétique. En 2015-2016, les analystes occidentaux, initialement sceptiques, ont commencé à constater que la Russie était en pleine modernisation de ses forces armées, poussée par l’ambition de Poutine de restaurer la puissance dure de la Russie et soutenue par les revenus qui ont afflué dans les coffres du Kremlin entre 2004 et 2014, lorsque le prix du pétrole était élevé. Steven Pifer, un spécialiste de la Russie chez Brookings a écrit en février 2016 : « Les programmes de modernisation englobent toutes les parties de l’armée russe, notamment les forces nucléaires stratégiques, les forces nucléaires non stratégiques et les forces conventionnelles. Les États-Unis doivent y prêter attention. La Russie… conserve la capacité de causer des troubles importants. De plus, ces dernières années, le Kremlin a montré une nouvelle disposition à utiliser la force militaire », écrivait Pifer peu après l’intervention militaire russe en Ukraine et en Syrie.

Certes, dans un discours national en mars 2018, Poutine a annoncé que l’armée russe avait testé un groupe de nouvelles armes stratégiques visant à vaincre les systèmes de défense occidentaux. Poutine a utilisé des vidéos diffusées sur grand écran pour présenter certaines des armes dont il a parlé. Il a déclaré que les nouvelles armes avaient rendu « inutiles » les défenses antimissiles de l’OTAN. Dans un discours prononcé en décembre 2019, Poutine a révélé que la Russie est devenue le seul pays au monde à déployer des armes hypersoniques. « Maintenant, nous avons une situation unique dans l’histoire moderne où ils (l’Occident) essaient de nous rattraper », a-t-il dit. « Pas un seul pays ne dispose d’armes hypersoniques, et encore moins d’armes hypersoniques de portée intercontinentale ».

Les nations castrées et les chevaux de Troie  

En bref, la « militarisation » de l’Allemagne doit être mise en perspective. La Ministre de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, a récemment déclaré lors d’une conversation avec le Conseil Atlantique que « la Russie doit comprendre que nous sommes forts et que nous avons l’intention de poursuivre dans cette voie ». Elle a déclaré que l’Allemagne s’est engagée à satisfaire 10% des besoins de l’OTAN d’ici 2030 et qu’un budget de défense plus élevé et le renforcement des capacités sont dans l’intérêt de l’Allemagne.

Cependant, ni l’Allemagne ni le Japon ne sont libres de se lancer tête baissée dans le « néo-militarisme ». Ni l’un ni l’autre n’a de politique étrangère indépendante. Il faudra d’abord surmonter de nombreuses oppositions internes pour s’engager sur la voie du néo-militarisme. Dans les deux pays, les discours nationaux sont encore dominés par le pacifisme d’après-guerre qui remet en question l’armée et chacune de ses opérations. Les deux pays disposent d’armées volontaires ; aucun des deux n’est capable de déclencher une guerre sans le soutien ou l’accord des Américains ; tous deux sont en fait des puissances supplémentaires et non des forces majeures à leur propre compte. L’Allemagne ne veut pas sortir de l’OTAN, tandis que le Japon ne peut tout simplement pas penser à vivre autrement que sous le couvert de son alliance militaire avec les États-Unis. En fin de compte, ce sont tous deux des pays militairement castrés qui n’ont ni la capacité ni la volonté politique, ayant été les perdants de la Seconde Guerre Mondiale.

Il est certain que la Russie et la Chine ne seront pas impressionnées par un faux néo-militarisme en Allemagne ou au Japon. Alors, où se situe le problème ? La réponse est que ce qui rapproche la Russie et la Chine, c’est le défi posé par les systèmes d’alliance que les États-Unis sont en train de mettre en place à leurs frontières pour les « contenir ». On observe une recrudescence des sentiments nationalistes en Pologne et dans un certain nombre d’autres pays d’Europe Centrale et de l’Est, avec une connotation de plus en plus anti-russe. Les États-Unis poussent l’Allemagne à parvenir à un consensus sur la Russie avec la Pologne et les pays baltes, ce qui exigerait bien sûr que Berlin abandonne complètement sa traditionnelle Ostpolitik par rapport à Moscou, ne serait-ce que pour un temps, et passe plutôt à un mode de confrontation.

De même, en Asie, les États-Unis sont à la tête de l’Alliance Quadrilatérale avec le Japon, l’Inde et l’Australie pour encercler la Chine. Les États-Unis espèrent que les pays de l’Asie-Pacifique pourraient passer à un mode anti-Chine. Avec l’Inde, Washington a fait des progrès, tandis que les nations du sud-est asiatique refusent de choisir leur camp entre les États-Unis et la Chine, et que la Corée du Sud reste sur la touche.

Les États-Unis recourent de plus en plus à des sanctions unilatérales contre la Russie et la Chine qui ne sont pas soutenues par des bases juridiques internationales, et intensifient la pression par l’application extraterritoriale de la législation nationale pour obliger d’autres pays à se conformer à leurs régimes de sanctions et à leurs lois nationales, souvent en violation du droit international et de la Charte des Nations Unies. Les entreprises européennes travaillant sur le projet de gazoduc Nord Stream 2 de la Russie, d’un coût de 11 milliards de dollars, ont été menacées de sanctions américaines.

De même, il est déjà question que les États-Unis utilisent les sanctions comme une arme pour intimider de petits pays comme le Sri Lanka afin de mettre fin aux projets de l’Initiative Ceinture et Route entrepris par des entreprises chinoises. Dans la région de l’Océan Indien, l’Inde joue le rôle que joue la Pologne aux confins occidentaux de l’Eurasie, en tant que cheval de Troie des stratégies régionales américaines. Le changement de régime intervenu l’année dernière aux Maldives est mené à sa conclusion logique : l’établissement d’une base américaine qui complète Diego Garcia et constitue une « seconde chaîne » pour surveiller et intimider la marine chinoise dans l’Océan Indien. Les États-Unis, avec le soutien de l’Inde, font pression sur les dirigeants sri-lankais nouvellement élus pour qu’ils ratifient rapidement les pactes militaires qui ont été négociés, en particulier un accord sur le statut des forces qui ouvre la voie au stationnement de personnel militaire américain sur l’île, que les stratèges ont décrit comme un porte-avions.

Une fois de plus, les États-Unis politisent sans complexe l’agenda international des droits de l’homme et utilisent les questions de droits de l’homme comme prétexte pour s’ingérer dans les affaires intérieures de la Chine et de la Russie. Les États-Unis ont imposé des sanctions contre des fonctionnaires et des entités chinoises en rapport avec leur implication dans le Xinjiang et à Hong Kong. Il est déjà question de sanctions occidentales probables contre la Russie pour l’empoisonnement présumé du militant russe de l’opposition Alexei Navalny. La Russie est déjà confrontée à une avalanche de sanctions américaines sur divers sujets.

M.K. Bhadrakumar

illustration : Cérémonie de signature du Traité portant Règlement Définitif concernant l’Allemagne : Ministres des affaires étrangères des États-Unis, du Royaume-Uni, de l’URSS, de la France, de la RDA et de la RFA (de gauche à droite) ; Moscou, le 12 septembre 1990

source : https://indianpunchline.com

traduit par Réseau International

0

Source: Lire l'article complet de Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information. Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement. Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe. Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You