Le statut étrange du jeu à Monaco

Le statut étrange du jeu à Monaco

Quelques images nous viennent tous à l’esprit lorsque nous pensons à la principauté de Monaco: le Grand Prix de Monaco, des Monégasques toujours habillés élégamment et de somptueuses fêtes dans les palaces sur le front de mer.

Mais le plus étrange à Monaco où il existe d’incroyables casinos, c’est que les citoyens de ce pays ne sont pas autorisés à y jouer en vertu de la loi. Afin de jouer légalement , il faut être de nationalité étrangère.

Cette loi est très ancienne. Le roi Charles III, en 1866, avait dans l’idée de développer le tourisme à Monaco afin de faire fructifier l’économie. Il créa alors la Société des Bains de Mer, et le premier casino de la principauté. Mais le roi, inquiet pour ses sujets qui pourraient y perdre leur argent et s’endetter, a décidé d’interdire tout bonnement le jeu dans le casino aux citoyens monégasques. Aujourd’hui encore, les Monégasques ne peuvent pas jouer dans les casinos de la principauté, c’est pourquoi nous vous proposons quelques astuces pour jouer en toute légalité.

Booster l’économie monégasque

L’économie monégasque a bénéficié d’une stimulation massive grâce aux industries du jeu et du tourisme. Le fait que les Monégasques ne paient pas d’impôts en est une preuve. En fait, leurs lois sur l’impôt sur le revenu sont rédigées de manière à ce que l’immigration à Monaco soit un moyen de créer un paradis fiscal contre le paiement de l’impôt sur le revenu.

Depuis 1820 environ, et toujours sous le règne de Charles III, les Monégasques ne paient pas d’impôts sur leurs salaires. En revanche, les entreprises monégasques et étrangères installées à Monaco sont taxées. L’Etat récupère également des impôts élevés sur les successions, et les différentes assurances sociales obligatoires pour chaque citoyen afin de se financer.

Cela ne s’applique pas aux citoyens étrangers qui, en raison d’un traité, doivent toujours payer leurs impôts dans leur pays de résidence fiscale, lorsqu’ils travaillent à Monaco. Par conséquent, le pays ne fonctionne pas uniquement avec des revenus de jeu.

Aujourd’hui encore, cette interdiction de jouer pour les Monégasques persiste. Différentes théories ont été avancées. Ainsi, certains pensent que la principauté espère encore ainsi protéger ses citoyens contre les dérives du jeu et la perte de leur argent. Par ailleurs, en allant au casino, les Monégasques paieraient encore plus d’impôts secondaires, et l’Etat préfère sans doute que les travailleurs dépensent leurs revenus dans d’autres secteurs que les jeux.

Préserver la moralité des Monégasques

Le statut étrange du jeu à Monaco

Toutefois, la véritable raison pour laquelle les Monégasques ont été empêchés de jouer dans les casinos est en réalité expliquée par la question de la moralité.

Pour beaucoup, en particulier dans les années 1860, il y avait quelque chose de carrément immoral dans les casinos et les jeux de hasard. Les Grimaldis* auraient eu peur que les Monégasques entrent dans les casinos, et dilapident leur argent dans des activités immorales. Les empêcher de le faire aurait contribuer à garantir que l’argent soit dépensé de manière plus saine.

*(À noter que la  Maison Grimaldi est une lignée princière liée à la République de Gênes et à la principauté de Monaco fondée par l’homme d’état génois et Consul, Grimaldo, qui en 1297 prit la forteresse de Monaco avec ses soldats, déguisés en Franciscains. Ses successeurs ont régné sur la principauté, qui est aussi le deuxième plus petit pays au monde.)

Il ne semble pas que le Monaco change de sitôt ses lois sur les jeux de hasard. Jusqu’à présent, le petit pays se débrouille extrêmement bien et l’argent que son industrie touristique et ses casinos rapportent alimente avec force la croissance de son économie.

Source: Lire l'article complet de Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information.Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement.Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe.Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You