La vraie Révolution tranquille

La vraie Révolution tranquille

Un second souffle à la Révolution tranquille, le sous-titre choisi de De Gaulle, Les 75 déclarations qui ont marqué le Québec est une sorte de jugement porté sur cette période de l’histoire récente du Québec. Il suggère un essoufflement après quelques années. Le Parti Libéral du Québec (PLQ) a déjà cherché à situer la Révolution tranquille entre les années 1960 et 1966. Autrement dit, ce phénomène portait la marque d’un gouvernement et ne lui avait pas survécu.

Je suis de ceux qui pensent qu’une jeunesse instruite a fortement influencé les élus vers la fin des années 1950. Duplessis a commencé à en subir les assauts. Le Québec s’ouvre au monde et un fort vent nationaliste se lève. L’heure est à la décolonisation surtout en Afrique et en Amérique latine.

En juin 1966, les libéraux sont renvoyés aux douches. Je suis de ceux qui applaudissent. La Révolution tranquille est dans un creux. Daniel Johnson fait ce qu’il peut. Il rassure. L’année 1967 apporte une puissante bouffée d’air frais. Expo 67 a un effet qu’on n’a pas encore bien mesuré. Les quelques heures que le général de Gaulle va alors passer au Québec créeront l’effet d’une nouvelle donne, d’un nouveau départ, d’un second souffle. C’est le sujet de Roger Barrette.

Sitôt de retour en France, le général de Gaulle donne ordre à son ministre Alain Peyreffite d’ajouter rapidement du contenu. Celui-ci est au Québec dès septembre avec plein de propositions. Il est aussi porteur d’une lettre du général à l’intention du premier ministre Johnson : « Pour notre Communauté française, c’est donc –  ne pensez-vous pas ? – le moment d’accentuer ce qui est déjà entrepris. Dans les domaines financier, économique, scientifique et technique, mon gouvernement sera incessamment en mesure de faire au vôtre des propositions précises au sujet de notre effort commun. Pour ce qui est de la culture et de l’enseignement, M. Peyreffite, à qui je confie cette lettre, vous indiquera ce que le gouvernement de Paris est prêt à faire tout de suite et qui est assez considérable ».

« Le relevé de décisions, signé le 14 septembre 1967 par Daniel Johnson et Alain Peyreffite, est pléthorique », écrit Samy Mesli dans son remarquable ouvrage consacré à la Coopération franco-québécoise dans le domaine de l’éducation (Septentrion, 2014). Le gouvernement français annonce, tout d’abord, sa volonté de multiplier par huit sa contribution financière dans le cadre d’un vaste programme triennal : de 5 millions de francs en 1967, les crédits engagés passeront à 24,8 millions de francs dès l’année suivante, pour atteindre 40 millions de francs en 1970. »

Ce sera la période d’or de la coopération avec la France. Je l’ai vécue presque depuis le début jusqu’à ce qu’elle s’essouffle faute de volonté politique. Mais elle a duré assez longtemps et assez intensément pour transformer le Québec. II faut l’avoir vécue pour le croire.

Les Français ont accompagné politiquement le Québec jusqu’en 1980. La suite est plus complexe. Mais de toute façon, le Québec n’est plus le même… grâce au général de Gaulle ! Je n’en démords pas ! Merci Roger Barrette.

 

Crédit photo : Archives de la Ville de Montréal

 

Let’s block ads! (Why?)

Source: Lire l'article complet de L'aut'journal

À propos de l'auteur L'aut'journal

« Informer c’est mordre à l’os tant qu’il y reste de quoi ronger, renoncer à la béatitude et lutter. C’est croire que le monde peut changer. » (Jacques Guay) L’aut’journal est un journal indépendant, indépendantiste et progressiste, fondé en 1984. La version sur support papier est publiée à chaque mois à 20 000 exemplaires et distribuée sur l’ensemble du territoire québécois. L'aut'journal au-jour-le-jour est en ligne depuis le 11 juin 2007. Le directeur-fondateur et rédacteur-en-chef de l’aut’journal est Pierre Dubuc. L’indépendance de l’aut’journal est assurée par un financement qui repose essentiellement sur les contributions de ses lectrices et ses lecteurs. Il ne bénéficie d’aucune subvention gouvernementale et ne recourt pas à la publicité commerciale. Les collaboratrices et les collaborateurs réguliers des versions Internet et papier de l’aut’journal ne touchent aucune rémunération pour leurs écrits. L’aut’journal est publié par les Éditions du Renouveau québécois, un organisme sans but lucratif (OSBL), incorporé selon la troisième partie de la Loi des compagnies.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You