Dallas, ton univers impitoyable

Dallas, ton univers impitoyable
Dallas, ton univers impitoyable

La logique du marché pétrolier est imparable. Le mois dernier, nous écrivions :

Le coronavirus a créé un trou d’air d’une trentaine de millions de barils par jour, et ce n’est pas la réduction de 10 millions décidée ce week-end qui y changera quelque chose. Malgré les quotas, le prix du pétrole restera très bas et ruinera quand même une partie du schiste états-unien, secteur surendetté.

Nous touchons là un point très important : la « victoire » médiatique américaine n’en est en réalité pas une. Si Washington ne peut légalement contrôler ses producteurs privés, c’est le marché qui le fera. Plusieurs observateurs (ici, ici ou ici) tablent sur une réduction forcée de la production US de l’ordre de 2 millions de barils par jour, chiffre qui n’est pas très éloigné de la Russie ou de l’Arabie saoudite.

Nous serions donc en présence d’un accord général entre les gros bras pétroliers de la planète qui, sous des formes diverses (qui l’Etat, qui le marché), réduiraient tous leur production.

Puis, quelques jours plus tard :

L’accord OPEC+ censé soutenir les cours de l’or noir n’a évidemment eu aucun effet (rappelons qu’il faudrait une réduction supplémentaire de 20 millions de barils par jour pour voir la courbe s’inverser) et la dégringolade continue. Les premières faillites se font jour dans le schiste US, les appels au secours se multiplient et, comme prévu, l’on parle de plus en plus de coupes claires dans la production, de gré ou de force. Le très respecté cabinet d’analyse norvégien Rystad Energy prévoit une chute d’environ 2 millions b/j, soit exactement le chiffre que nous rapportions avant-hier.

Bingo ! Le nombre de puits en activité s’écroule plus vite que prévu aux Etats-Unis. La production devrait tomber de 1,7 millions de barils par jour dès la fin juin et les Russes pensent que la baisse, chez leur grand adversaire, atteindra 2 à 3 millions de barils à la fin de l’année. Soit peu ou prou le même effondrement que l’ours et le chameau. De quoi décapiter la belle dynamique US engagée il y a une dizaine d’années…

Dallas, ton univers impitoyable

Au risque de me répéter, une petite remarque en passant sur ce graphique (arrêté au 29 février, avant le cataclysme). Les tenants de l’amusante théorie selon laquelle Washington ferait des guerres pour « voler le pétrole » devraient logiquement conclure de cette courbe que, la production ayant plus que doublé depuis 2010, l’impérialisme US a diminué en proportion. Ukraine, Syrie, Venezuela, Iran, multi-sanctions contre la Russie, guerre commerciale contre la Chine, THAAD en Corée du sud etc. sont là pour nous montrer le contraire, réduisant en cendres cette légende urbaine.

Mais revenons à notre dégringolade. Fait propre à faire se retourner dans sa tombe le turpide J.R. de Dallas, jamais le nombre de puits pétroliers et gaziers n’a été aussi faible aux Etats-Unis depuis que leur comptage a été instauré en… 1940 ! L’écroulement énergétique a entraîné celui des activités annexes et les régions concernées mettront des années à s’en remettre.

Est-ce pour punir l’Arabie saoudite que Washington a décidé de retirer quatre batteries Patriot du royaume wahhabite ? Officiellement, leur déploiement était temporaire face à l’inénarrable « menace iranienne » ; celle-ci ayant décru, l’armée américaine rapatrie son matériel. En réalité, laisser les batteries en place ne lui coûtaient rien et le geste paraît avant tout symbolique.

Cette décision, qui serait considérée comme renforçant la souveraineté nationale dans tout autre pays, est en effet vue comme une punition par les couardes pétromonarchies. Nous en parlions il y a une dizaine de jours :

Selon les sources, le Donald aurait menacé MBS de retirer ses troupes d’Arabie saoudite si celle-ci ne coupait pas les vannes et ne trouvait pas un accord au sein de l’OPEP. Et la dépêche de continuer : « Le leader de facto du royaume était si surpris qu’il a ordonné à ses assistants de quitter la pièce afin de continuer la conversation en privé ». Paniqué, le Seoud a fini par se rendre aux arguments américains. Maître, ne nous laisse pas seuls face à l’Iran

S’il est impossible de vérifier la véracité du déroulé de la discussion, la chose est très vraisemblable. La poltronnerie des pétromonarchies du Golfe, dont les armées Potemkine sont bourrées de gadgets achetés à prix d’or, est proverbiale. Incapables de se battre, comme on le voit au Yémen, elles reposent principalement sur l’argent et le mercenariat. La Saoudie, dont le budget militaire est cinq fois plus élevé que le budget iranien, a préféré baisser pavillon et se lover confortablement dans les bras de tonton Sam.

Un oncle Sam qui, vraisemblablement, a quand même voulu marquer le coup a minima vis-à-vis de sa pétromonarchie préférée. Ces chamailleries doivent en tout cas beaucoup amuser du côté de Téhéran…

Source: Lire l'article complet de Chroniques du Grand Jeu

À propos de l'auteur Chroniques du Grand Jeu

« La géopolitique autrement, pour mieux la comprendre... »Présent à l'esprit de tout dirigeant anglo-saxon ou russe, le concept de Grand jeu est étonnamment méconnu en France. C'est pourtant lui qui explique une bonne part des événements géopolitiques de la planète. Crise ukrainienne, 11 septembre, tracé des pipelines, guerre de Tchétchénie, développement des BRICS, invasion de l'Irak, partenariat oriental de l'UE, guerre d'Afghanistan, extension de l'OTAN, conflit syrien, crises du gaz, guerre de Géorgie... tous ces événements se rattachent directement ou indirectement au Grand jeu. Il ne faut certes pas compter sur les médias grand public pour décrypter l'état du monde ; les journaux honnêtes font preuve d'une méconnaissance crasse, les malhonnêtes désinforment sciemment. Ces humbles chroniques ont pour but d'y remédier. Le ton y est souvent désinvolte, parfois mordant. Mais derrière la façade visant à familiariser avec la chose géopolitique, l'information est solide, étayée, référencée. Le lecteur qui visite ce site pour la première fois est fortement invité à d'abord lire Qu'est-ce que le Grand jeu ? qui lui donnera la base théorique lui permettant de comprendre les enjeux de l’actuelle partie d’échecs mondiale.Par Observatus geopoliticusTags associés : amerique latine, asie centrale, caucase, chine, economie, etats-unis, europe, extreme-orient, gaz, histoire, moyen-orient, petrole, russie, sous-continent indien, ukraine

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You