Un padre québécois pour un Cuba libre

Un padre québécois pour un Cuba libre

À la fin des années 1950. Ils étaient tous des héros de la révolution cubaine, le padre Giuliano avait développé des liens d’amitié très forts avec eux, beaucoup plus qu’il avait pu le faire pendant ses jeunes années de prêtrise. (…) Il se rappelait les nuits entières à veiller, aux aguets, sans jamais savoir si le jour se lèverait pour eux ou si la sierra Maestra serait leur tombeau. Plusieurs y laissèrent leur vie, leur avenir, leur santé. Leur famille souffrait tout autant, ignorant s’ils étaient vivants ou morts. C’était le prix à payer pour qu’advienne un monde nouveau. Lui-même avait sacrifié une position enviable dans l’Église, qui le voyait déjà comme évêque ou comme un digne et fort représentant du pape Jean XXIII en Amérique latine.

Un padre québécois pour un Cuba libreAvant la révolution, Julien Casavant (Giuliano) croyait en cette Église unie, humaine, une Église du peuple. Mais il avait vite réalisé que l’Église, du moins la haute direction, mangeait dans la main des autorités corrompues et sanguinaires. Elle partageait la même table que ces sbires, les mêmes ressources et les mêmes revenus. Au début, Giuliano avait manifesté son indignation auprès de son évêque, qui l’avait regardé comme un pauvre naïf qui ne comprenait pas où étaient l’intérêt de l’Église et son avenir.

C’est par l’entremise de Frank Païs, un jeune dirigeant universitaire, que le padre Giuliano avait pu entrer en contact avec Ernesto Guevara en décembre 1956, à Santiago de Cuba. Plusieurs manifestations populaires avaient secoué les rues de la ville et mobilisé les forces répressives de Batista. Cette manœuvre avait permis aux rebelles, partis du Mexique à bord du bateau Granma, d’effectuer un débarquement sur une plage près du village de Niquero. Giuliano s’était fait une réputation en aidant les gens de son quartier.

C’était la raison pour laquelle Frank Païs l’avait approché pour cacher dans son église des étudiants recherchés par les autorités. Un de ces jeunes lui avait appris qu’un Argentin arrivé à Cuba avec Fidel, à bord du Granma, était gravement blessé et se cachait dans les montagnes de la sierra Maestra.

Aussitôt, le padre Giuliano s’était senti investi d’une nouvelle mission. Il était parti pour la montagne où des paysans l’avaient informé que le Che – on ne l’appelait pas encore ainsi à l’époque – avait été transporté en lieu sûr, quelque part dans une cabane. Giuliano avait fini par le trouver. Même s’il n’était pas médecin, il voulait le soigner et l’aider si possible. L’Argentin avait été le premier surpris d’avoir un prêtre à ses côtés, lui qui n’était pas croyant. Peu à peu s’était développée entre les deux hommes une amitié qui se consolida au fil des années. Et le Che, malgré la gravité de son état, s’était remis de ses blessures. (…)

Un padre québécois pour un Cuba libre

En juillet 1957, le padre Giuliano avait décidé de rejoindre Che Guevara et l’armée révolutionnaire dans la sierra Maestra. Le jeune Frank Païs venait d’être assassiné par les forces de l’ordre de Batista, en pleine rue, à Santiago. Âgé d’à peine vingt-deux ans, il était en train de manifester pacifiquement, en compagnie d’autres étudiants, lorsqu’un sbire à la solde de Batista s’était approché, avait posé son revolver sur sa tempe et avait tiré à bout portant. Frank Païs s’était écroulé. Tous les autres étudiants s’étaient enfuis. Il s’agissait d’un meurtre perpétré de sang-froid. Ce crime odieux avait été un déclencheur pour le padre.

 

Extrait de Don Giuliano par Jacques Lanctôt, Libre Expression (2019)

Let’s block ads! (Why?)

Source: Lire l'article complet de L'aut'journal

À propos de l'auteur L'aut'journal

« Informer c’est mordre à l’os tant qu’il y reste de quoi ronger, renoncer à la béatitude et lutter. C’est croire que le monde peut changer. » (Jacques Guay)L’aut’journal est un journal indépendant, indépendantiste et progressiste, fondé en 1984. La version sur support papier est publiée à chaque mois à 20 000 exemplaires et distribuée sur l’ensemble du territoire québécois. L'aut'journal au-jour-le-jour est en ligne depuis le 11 juin 2007.Le directeur-fondateur et rédacteur-en-chef de l’aut’journal est Pierre Dubuc.L’indépendance de l’aut’journal est assurée par un financement qui repose essentiellement sur les contributions de ses lectrices et ses lecteurs. Il ne bénéficie d’aucune subvention gouvernementale et ne recourt pas à la publicité commerciale.Les collaboratrices et les collaborateurs réguliers des versions Internet et papier de l’aut’journal ne touchent aucune rémunération pour leurs écrits.L’aut’journal est publié par les Éditions du Renouveau québécois, un organisme sans but lucratif (OSBL), incorporé selon la troisième partie de la Loi des compagnies.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You